Acheter un appartement pour vos enfants ?

23 mars 2024 par
Aysel BOSCHIAN
| Aucun commentaire pour l'instant

Acheter ou louer

Vous approchez ou vous avez dépassé le demi-siècle ?

Vos enfants sont dans la tourmente de ParcourSup ?

Vos enfants rentrent dans la vie active et vous souhaitez les accompagner ?

Vous avez un petit capital de côté ?

Alors cet extrait d’article est pour vous, c’est peut être le bon moment de réfléchir à investir dans un appartement pour vos enfants !


Réforme des APL

Jusqu’en 2020, les APL “bonifiées” des jeunes, qui prenaient en compte des revenus en année n-2 souvent faibles, voire nuls, palliaient l’absence de minima sociaux pour les moins de 25 ans. Celles-ci constituaient même une véritable aide à l’entrée dans la vie active, l’appréciation des ressources n-2 permettant en effet à un jeune de bénéficier d’un montant d’aide maximal jusqu’à deux ans après son entrée dans la vie active. Mais depuis cette année, ses APL chutent très rapidement, dès la perception des premiers salaires.

39% des jeunes ont connu une baisse de leurs APL en 2021

En l’absence d’étude d’impact de la réforme des APL produite par le gouvernement, l’Union nationale pour l’habitat des jeunes (Unhaj) publie ce jeudi 3 juin sa propre analyse. Selon ses données, tous les jeunes seraient perdants, quelle que soit leur tranche d’âge et leurs revenus. Et tout particulièrement les jeunes actifs.

Les jeunes actifs particulièrement pénalisés

Surtout, le principal enseignement de cette étude est que toutes les tranches d’âge et toutes les tranches de revenus sont impactées par la réforme. “En raison d‘un effet de rattrapage brutal, tous sont perdants et ce, quel que soit leur niveau de ressources”, avance l’Unhaj. Certes, comme expliqué plus haut, la réforme des APL comprend plusieurs mécanismes de protection pour les étudiants, les apprentis et les jeunes en contrats de professionnalisation. Malheureusement, souligne l’étude, “la moitié des 18-24 ans ne sont plus en étude et sont en phase d’insertion sur le marché du travail. En d’autres termes : la moitié des jeunes de 18 à 24 ans ne bénéficient d’aucun filet de sécurité, au sein de la réforme. Or, on le sait, ces mêmes jeunes sont plus fréquemment confrontés à des situations d’emploi précaire que les autres classes d’âge. Ce qui les rend d’autant plus vulnérables dans l’accès au logement.

Vous pouvez lire l’article complet rédigé par Thomas Chemel sur Capital.

Si ce genre d’article vous intéresse, suivez nous sur les réseaux sociaux (Facebook ou Instagram) ou contactez nous directement via la messagerie interactive sur cette page si vous avez un projet immobilier (achat / vente) ou si vous connaissez des personnes qui en ont un !



Se connecter pour laisser un commentaire.